Soigner une periostite tibiale

Sports concernés :
La course à pied, la randonnée à pied prolongée, les sports d’appel.

Gros plan sur la périostite :
La périostite est le nom générique donné à l’inflammation de la membrane externe de l’os, d’où son nom : péri-os-ite (péri = autour, os = le tibia, ite = inflammation).

Le périoste est une fine membrane conjonctive, de couleur blanche nacrée, qui recouvre l’os au niveau de la partie moyenne de l’os appelé « diaphyse ». Cette membrane est riche en vaisseaux sanguins qui pénètrent ensuite dans l’os. Sur le périoste s’insèrent des muscles, des tendons et les ligaments par point d’insertion et d’ancrage solides.

Ce qui explique que le périoste peut souffrir lorsque les muscles tirent ou tractent en permanence sur leurs insertions périostées. de tous les os, le tibia est le plus fréquemment touché.

Manifestations :
Douleurs sur la jambe dans sa partie inférieure avec des points précis sur le bord interne du tibia et/ou sur la face antérieure, gênant ou empêchant la pratique du sport.

Circonstances de survenue :

  • Entrainement intensif sur sol dur, course sur route en devers (bord de mer, bord de route)
  • Changement de terrain
  • Athlète courant sur la pointe des pieds (travail en allure vive) ou pieds en dedans (pied plat valgus)
  • Modification technique
  • Chaussures inadaptées par rapport à la morphologie du pied, du poids du coureur au nombre de km


Hyper sollicitation au niveau des muscles de la loge postérieure de la jambe


Périostite tibiale

Le traitement :
Comme dans toutes les pathologies de surcharge, la périostite nécessite un repos sportif. Continuer à s’évertuer à marcher ou courir malgré la douleur expose à la survenue d’une authentique fracture de fatigue, car il y a surcharge également sur l’os. Si la douleur persite malgré les soins, consulter un médecin. Localement l’application de pommade anti-inflammatoire mais aussi le traitement par ultrasons et par cyrothérapie visera à diminuer l’inflammation et la douleur.

Durant cette période, afin d’entretenir la condition physique, il est recommandé de pratiquer des sports où la jambe ne supporte pas le poids du corps tel que la natation et le cyclisme. Le traitement par ondes de choc s’avère efficace mais douloureux. Les techniques de contention adhésives telles que strapping ou tapping peuvent être envisagées à titre curatif ou préventif. Le massage du mollet, surtout dans sa partie basse, visera à décontracter les muscles de la loge postérieure du tibia. La rééducation consiste aussi à effectuer des étirements progressifs du mollet et de la loge postérieure de la jambe.

1 – Étirement du mollet

  • Jambe tendue en arrière talon au sol
  • Fléchir avec le corps en avant

2 – Étirement de la loge postéro interne de la jambe

  • Plier le genou, l’amener vers l’intérieur, écraser la voute plantaire au sol

La reprise :
La reprise de la course à pied ne se fera qu’après la disparition complète de la douleur. Elle devra être progressive :

  • Étirements avant l’effort
  • Marcher sur 100-200 mètres
  • Parcourir plusieurs fois cette distance au cours d’une même séance sur u sol pas trop dur
  • Puis augmenter les distances de courses à basse vitesse les jours suivants
  • Étirements après l’effort

On veillera à avoir des chaussures et une technique de courses adaptées. Certains préconisent des semelles amortissantes pour limiter les transmissions de choc au tibia.

Conclusion :
Le traitement de la périostite pour être efficace doit répondre à quatre impératifs :

  • surpression de la cause inflammatoire du tibia
  • mise en repos de la jambe
  • soins curatifs mais aussi préventifs
  • reprise progressive de l’entrainement

Yannick (Kine du sport montpellier)

Kinés montpellier - sport - drainage lymphatique - orthopedie - ondes de choc - uro gynecologie drainage lymphatique - massage bien-être.

Commentaires sont fermés.